Difficile d’expliquer Bitcoin… crypto-monnaie, devise numérique, transactions, blockchain, hachage numérique… On se perd rapidement soi-même en tentant d’être exhaustif et finalement notre interlocuteur s’y perd tout autant que nous. Alors, Bitcoin c’est quoi au juste ?

I – Bitcoin est un jeu

Un jeu dont la partie a débuté le 3 janvier 2009 et dont le déroulement se poursuit encore aujourd’hui.

Pour jouer à Bitcoin, imaginons :

  • une table à laquelle est assis Paul, le maître du jeu, qui veille au respect du protocole c’est-à-dire des règles
  • un guichet tenu par son frère Jean qui distribue au joueur une tirelire et une clé permettant d’accéder à son contenu

Le premier joueur, Satoshi, brillant étudiant en mathématiques, se présente au guichet, récupère son matériel de jeu, s’assoit au côté de Paul et se voit proposer par celui-ci un problème mathématique sur lequel il commence à plancher. Au bout de 10 minutes, Satoshi s’écrit : « Euréka ! J’ai trouvé » et en récompense, Paul lui offre 50 jetons (on dit aussi des tokens) ressemblant à ça :

Un jeton Bitcoin
Un jeton Bitcoin

 

Il s’empresse de mettre ses premiers bitcoins dans sa tirelire ! Fin du premier tour. Début du deuxième qui se déroule de manière identique au premier, Satoshi résout le problème de Paul en environ 10 minutes et encaisse ses jetons. Les tours s’enchaînent et au bout de 100 minutes de jeu en solitaire, Satoshi dispose de 500 jetons.

C’est à ce moment que de nouveaux joueurs décident de rentrer en jeu. Il y a maintenant autour de la table avec Satoshi et Paul, Alice, Bob, Charly et Dany. Le but du jeu consiste désormais à faire circuler ces fameux jetons entre tous les joueurs et pour cela, Satoshi, l’unique détenteur de jetons, ouvre sa tirelire avec sa clé, y retire 30 jetons, et décide de donner :

  • 10 jetons à Alice
  • 10 jetons à Bob
  • 6 jetons à Charly
  • 4 jetons à Dany

Ils les placent au centre de la table en vis-à-vis de chacun de leurs destinataires respectifs.

Paul prend la parole : « Celui qui résoudra le premier mon problème mathématique permettra à chacun de récupérer les jetons qui lui sont destinés et recevra en récompense un bonus de 50 jetons. »

Au bout de 10 minutes, Alice donne une solution au problème de Paul et remporte la récompense de 50 jetons. Chaque joueur récupère alors les jetons qui lui sont destinés et les glisse dans sa tirelire. Paul quant à lui, en maître du jeu qui se respecte note scrupuleusement toutes les transactions dans son registre (la fameuse blockchain). Les comptes sont désormais les suivants :

Joueurs Satoshi Alice Bob Charly Dany
Jetons 470 60 10 6 4

En avant pour le prochain tour, faites vos jeux ! Chacun ouvre sa tirelire avec sa clé et les transactions sont les suivantes :

  • 40 jetons de Satoshi vers Alice
  • 30 jetons de Satoshi vers Dany
  • 10 jetons d’Alice vers Bob
  • 1 jetons de Charly vers Dany

Au bout de 10 minutes, c’est Bob qui trouve une solution au problème et les comptes sont les suivants :

Joueurs Satoshi Alice Bob Charly Dany
Jetons 400 90 70 5 35

Et c’est ainsi que la partie se déroule selon des règles simples, immuables et dictées par le protocole :

  • accueillir quiconque désire jouer à ce jeu
  • récompenser de 50 jetons toutes les dix minutes le joueur ayant trouvé le problème de Paul
  • faire circuler des jetons entre les participants

II – Bitcoin est une expérience

Une expérience à laquelle tout le monde peut participer à la seule condition qu’il se soumette à son protocole, un ensemble de règles gravées dans le code informatique dès sa création et dont les grands principes sont les suivants :

  • pour recevoir des bitcoins, un utilisateur doit disposer d’une ou plusieurs adresses publiques, c’est la tirelire (ou le portefeuille, ou le wallet) qui sert à recevoir des jetons
  • pour envoyer des bitcoins, un utilisateur doit crypter ses transactions au moyen d’une clé privée, c’est -à-dire qu’il doit ouvrir sa tirelire avec sa clé pour transférer des jetons vers la tirelire d’un autre utilisateur
  • les transactions sont regroupées au sein d’un bloc en attente de validation
  • il existe sur le réseau des utilisateurs particuliers, les mineurs, qui vont tenter de valider le bloc et donc les échanges en étant le premier à résoudre un problème mathématique de nature cryptographique
  • le protocole offre une récompense en bitcoins au mineur gagnant, et ce, toutes les dix minutes environ

Pendant quelques mois, l’expérience s’est déroulée entre personnes initiés et informaticiens curieux, accueillant sans cesse de nouveaux utilisateurs et faisant croître de manière constante le stock de jetons : 50 jetons toutes les dix minutes environ. Et puis un jour, le 18 mai 2010, Laszlo Hanyecz, un développeur vivant en Floride, lance un appel sur le forum bitcointalk. Il est prêt à envoyer 10000 bitcoins à quiconque lui fait parvenir 2 pizzas bien réelles. Le 22 mai 2010, il reçoit ses deux pizzas et c’est la première transaction en bitcoins de l’histoire qui permet d’acquérir un bien de la vie réelle.

Le bitcoin peut donc servir de monnaie d’échange !

III – Bitcoin est une monnaie

L’euro est une monnaie qui permet de s’échanger des biens et des services au sein de l’union européenne. C’est la monnaie légale imposée par l’état. Toute entreprise a l’obligation de payer ses salariés en euros. Tout citoyen a l’obligation de payer ses impôts en euros, on dit qu’elle a un pouvoir libératoire. Elle se présente sous forme :

  • de pièces et de billets, c’est la monnaie fiduciaire, du latin fiducia qui signifie confiance et qui représente environ 10% de la masse monétaire mondiale
  • d’écritures comptables dans les fichiers informatiques des banques, c’est la monnaie scripturale qui représente les 90% restant

La monnaie fiduciaire est créée par la banque centrale en frappant et en imprimant des pièces et des billets. La monnaie scripturale est créée ex nihilo à partir d’un simple jeu d’écriture dans les fichiers informatiques des banques commerciales au moment où celle-ci consent un crédit à un client. Les remboursements mensuels du prêt venant détruire une part du capital emprunté et les intérêts restant dans la poche de la banque. On dit qu’il y a création monétaire par le crédit.

Bitcoin n’obéit pas à la même logique. C’est une monnaie décentralisée qui n’est contrôlée ni par un état, ni par une banque, ni par une entreprise. Même son créateur, Satoshi Nakamoto, qui demeure introuvable, n’a aucun pouvoir sur son processus de création. Personne ne peut décider arbitrairement ou unilatéralement d’en créer. Sa création se fait automatiquement, toutes les dix minutes environ, selon des règles immuables programmées dans son protocole. Personne ne peut les modifier. Elle atteindra 21 millions d’unités en 2140 selon un modèle logarithmique.

C’est pour cette raison que le bitcoin peut-être comparé à l’or. L’or est en quantité limitée et son extraction demande des ressources tout comme l’extraction de bitcoins par les mineurs demande une quantité énorme de ressources énergétiques pour résoudre le problème cryptographique.

Un mineur de bitcoins
Un mineur de bitcoins

 

Mais dans un monde numérique où tout est copiable à l’identique, un fichier mp3 par exemple peut être dupliqué sans que l’on puisse faire la différence avec l’original, le grand défi d’une monnaie numérique, c’est de pouvoir être non reproductible, c’est-à-dire de proposer une solution au problème de la double dépense. Si on dépense un euro en pièce, celle-ci passe de la main à la main, on ne l’a plus en sa possession. Si on fait un virement d’un euro de son compte vers un autre, la banque, jouant son rôle de tiers de confiance, se charge de le débiter de notre compte pour le créditer sur un autre : on ne peut le dépenser deux fois. Le génie de Satoshi Nakamoto a été de réussir à trouver une solution à ce problème en se basant sur la preuve de travail qui permet de se passer d’un tiers de confiance. Nul besoin de faire confiance à un utilisateur du réseau pour savoir s’il dispose ou non des fonds qu’il veut nous envoyer, c’est l’algorithme Bitcoin, en cherchant à établir un consensus entre tous les utilisateurs du réseau, qui garantit cette confiance.

IV – Pour aller plus loin

Le lecteur intéressé pourra participer à cette expérience en créant un portefeuille et en achetetant ses premiers bitcoins. La FAQ du site bitcoin.fr est une véritable mine d’informations pour débuter et comprendre Bitcoin.

Un livre, Bitcoin – La monnaie acéphale de Adli Takkal Bataille et Jaques Favier constitue également une excellente lecture pour aborder le sujet.

Pour ceux qui s’intéressent davantage à l’aspect technique du Bitcoin, la référence absolue dans ce domaine est le livre d’Andreas Antonopoulos, Mastering Bitcoin, dont une version numérique est disponible ici.

Enfin, des vidéos très intéressantes sont disponibles sur le net pour comprendre le principe de création monétaire. Voici une courte vidéo expliquant comment créer de l’argent à partir de rien.
Fermer le menu
accumsan venenatis diam leo Nullam id,